Elimination des symptômes de manque à l'héroïne

Symptômes de manque à l'héroïne

Dépendance physique. Symptôme de tolérance et de manque. 

Le manque dheroineEn plus d'addiction psychologique, un individu dépendant à l'héroïne développe rapidement une addiction physiqueà la drogue, caractériséepar une augmentation de la tolérance de son organisme face à la drogue et l’apparition de symptômes de manque. La tolérance se définit comme un besoin constant de doses de plus en plus importantes, afin que la drogue puisse avoir les effets désirés. Cela signifie que l’organisme s’habitue aux effets de l’héroïne.Parfois même dans certains cas, l’effeteuphoriquede l’héroïne disparaît, mais l’organisme, habitué à la présence de drogue dans son système, en a besoin pour pouvoir fonctionner “normalement”. Si le consommateur cesse alors la consommation  régulière d’héroïne, il ou elle commencera à ressentir un manque.

Le manque d’héroïne se déclenche environ quatre à six heures après la prise initiale, lorsque le consommateur commence à se sentirirritable, anxieux er nerveux alors que la drogue est évacuée par l’organisme. La sensation de manque peut alors durer jusqu’à 12 jours, avec un pic d’intensitéaux abords du 4ème  jour, puis une atténuation de l’envie vers le 9ème jour. Même si les symptômes de manque d’héroïnes ne peuvent pas mener à la mort, ils sont extrêmement douloureuxet provoquent un grand stress, ce qui rend presque impossible la lutte du patient contre ses envies. Les symptômes de manque les plus connus sont les suivants :pupilles dilatées, douleurs importantes aux muscles, dans les bras et dans les jambes;  nauséeset vomissements, crampes d’estomac, diarrhée, sueurs et chair de poule, tremblements, nez qui coule, yeux troubles, bâillements ; fatigue extrême et insomnie. Les spasmes musculaires au niveau des jambes empêchent le patient de se tenir debout. Des jambes tremblotantes sont un symptôme évident d’un manque d’opiacés. Les symptômes psychologiquesincluent l’anxiété, ladysphorie, la dépression et une envie irrépressible de consommer de l’héroïne.

Au bout d’une semaine, même si la plupart des symptômes de manque subsistent,le patient commence à ressentir une faiblesse physique et mentale, caractériséepar un sentiment de culpabilité et de honte. Les changements d’humeurs répétés, l’irritabilité, les troubles du sommeil et les sueurs nocturnes sont habituelles. Les symptômes de manque physiques et psychologiques peuvent perturber plusieurs semaines.  Les souffrances émotionnelles sont souvent la principale cause de rechute.

 

Articles relatifs: 

 

Bookmark & Share