Centre de désintoxication, patient a fumé la marijuana, le crack cocaine, l'héroïne, les pillules acides

Le patient anonyme de Royaume-Uni parle de la procéure de désintoxication

J'ai commencé à fumer de la drogue encore quand  j'étais à l'école, c'était au début des années quatre-vingt. J'ai quitté l'école en fumant beaucoup de marijuana. Je fumais tous les jours  6,7,8,10 joints. Durant mon collège à part les pillules d'acide,  j’ai fumé principalement sur les scènes de danse, à la maison avec de la musique, dans les voyages l'acide était la principale chose à faire, et en même temps on fumait de la marijuana, puis nous sommes passés à  la mélanger avec de l'alcool, de la marijuana, et de l'acide. Et lentement à la fin des années quatre-vingt, l’héroïne est venu sur la scène en Angleterre, assez, et quelques-uns de mes amis ont commencé à le fumer, lentement il est venu dans ma vie, et juste en 97-98, j’ai commence aussi  à fumer l'héroïne, je le prennais  essentiellement chez moi, je fumais beaucoup tous les jours. En même temps a été venu la cocaïne de la saison dans les rues, nous avons testé la cocaïne, quelques-uns de mes amis ont commence à fumer de la cocaïne, de l'héroïne et moi essentiellement, je fumais du crack pendant un an lourdement, ce qui était la pire année de ma vie. car le crack m'a totalement détruit. L'héroïne venait de plus en plus en Angleterre, entre les années 90-2000 l’ héroïne a occupé en Angleterre chaque grande ville, nous avons eu des problèmes avec de l'abus d'héroïne, et  en 2002. je prenais chaque jours de l'héroïne. C’étaient en ce moment oü j'ai commencé à faire des éssaies de guérir, je suis allé à rehabs en Agleterre ,  j'avais décidé que 13-14 ans étaient plus que suffisant. Durant ces années, je me suis aussi marié et ma femme, elle ne savait pas que j'étais toxicomane. Et quand je le lui ai avoué que j'étais un toxicomane, c’était elle qui m'a convaincu de commencer à aller dans les centres de réhabilitation, et je suis allé à trois cliniques en Angleterre, où jon m’a donné le naltrexone orale, et pendant le deuxième cure de désintoxication on m’a mis l’implant de Naltrexone, pendant ma ccure je suis allé dans 10 cliniques en Angleterre, tous les trois mois, je devais retourner en cure de désintoxication et remettre l'implant dans mon corps. DEpuis 2002 jusqu’à maintenant, je été dans des centres, j’ai essayé de se débarrasser de la drogue dans ma vie, et maintenant je suis ici à la clinique Dr Vorobiev en Serbie, qui, pour moi personnellement, a été la meilleure pour la réadaptation, la façon dont ils contrôlent votre état, je ne peux comparer avec nulle d’autre ressembable. Vous ne sentez pas des douleurs, ils le contrôlent à travers des médicaments, vous pouvez marcher dans la clinique librement. En Angleterre, quant il vous mettent dans la chamber ils font comme ça, le premier jour, ils vous surveillent, mésurent la préssion, prennent le san et tout le reste, puis ils vous mettent  à  dormir pendant trois jours, ils vous réveillent le quatrième jour, et le cinquième jour, ils vous donnent le naltrexone oralement et vous laissent partir de la clinique comme un zombie. Donc, aujourd'hui, c'est mon dernier jour dans cette clinique, et je me sens bien, très bien, je peux marcher,  je me sens brillant. Quand je revois mes amis, je vais certainement recommander  cette clinique à eux. Et mon projet est de rester propre, surtout pour ma famille. 

Dans notre clinique pour la toxicomanie, nous avons eu des patients de partout dans le monde: du Royaume-Uni, Liverpool, Londres, Newcastle, Leeds, Sheffield, Bedford, Glasgow, Nottingham, Southampton, Brighton, Manchester, Birmingham, et également des Etats-Unis, d'Italie, d’Hongrie , de la Grèce, d'Autriche, de la Pologne, d'Allemagne, de la Bulgarie ... 

Bookmark & Share