Probleme alcool dépendance - traitement par l'ibogaïne

Bonjour.

Bonjour.

Est-ce que vous pourriez me raconter un peu votre histoire ? Vous avez eu un problème avec l’alcool…

Oui.

Et vous avez essayé plusieurs fois de vous traiter en France ou même dans quelques autres pays ?

Oui.

A la fin, vous êtes venu chez nous.

Oui.

Est-ce que vous pourriez, s’il vous plaît, nous raconter un petit peu de votre problème ?

Alors, mon problème a commencé sérieusement dans les années 2000 où j’ai suivi une cure en Angleterre, qui m’a pas donné satisfaction, qui était basée beaucoup sur la parole, les médicaments. Ensuite, j’en ai fait une autre en France, à Paris, qui est une clinique réputée - pareil, qui m’a pas donné satisfaction et donc, en regardant un petit peu ce qui se faisait par ailleurs, j’ai été intéressé par le processus que vous appliquez dans cette clinique et c’est pour ça que je suis venu dans le sens où s’attaquer un petit peu aux malaises psychiques permettait de résoudre pas mal de problèmes sur l’alcool. Donc, quand j’ai suivi un traitement à l’ibogaïne, qui n’est absolument pas douloureux, qui est une expérience très intéressante puisque on s’intravertit, on voit passer des images qui sont pas toujours très bonnes et ça permet de faire le tri et de remettre en phase ce qui est en lien à l’alcool et qui n’est pas bien et ce qui est beaucoup mieux dans le bien-être. Donc, on arrive, en fin de séance, on arrive à un repos, à une sérénité que je n’ai pas retrouvé dans les autres cures.

D’accord. Comment vous sentez-vous maintenant, demain vous partez à la maison, aujourd’hui par rapport à comment vous vous êtes senti avant de venir ?

Ah, je suis beaucoup mieux, beaucoup mieux dans la tête et dans le corps. C’est important.

D’accord. Est-ce que vous avez encore des pensées à l’alcool, sur l’alcool ?

Plus, plus beaucoup alors. C’est quasiment fini.

D’accord. Est-ce que vous allez changer quelque chose dans votre vie en futur ?

Oui, bien sûr. Je pense que je vais être beaucoup plus tourné sur la vie sans l’alcool.

D’accord.

Ce qui me … je pense pas que ça me pose de problèmes. Je l’espère en tout cas. Et être un petit plus vivant sans avoir affaire à cette substance.

D’accord. Est-ce que pour vous c’était difficile de décider de venir à Belgrade ? Vous êtes de Paris ?

Non, pas tellement, parce qu’en fait, je me suis renseigné, et… il y a… la ville est agréable, il y a des monuments, il y a la vie nocturne, il y a beaucoup de choses qui sont intéressantes à voir et à faire aussi. Le long du Danube, les restaurants flottants, il y a plein de vie quoi, la musique…

Vous êtes venu ensemble avec votre épouse ?

Oui, oui, oui. Je pense que c’est un soutien moral qui est intéressant et qui m’a été proposé par la clinique, ce que pas beaucoup ne font d’ailleurs, donc… Tout ça a fait que j’ai été très motivé pour venir et je le regrette pas.

Merci beaucoup. Est-ce que vous pourriez proposer aux autres gens qui ont les problèmes avec l’alcool de venir ici, de suivre une cure avec l’ibogaïne ?

Ah oui. Je pense que c’est quelque chose qui malheureusement n’est pas fait en France. Ça commence à naître un petit peu au Canada, aux Etats-Unis et je pense que c’est une solution, oui.

D’accord. Merci beaucoup.

Mais je vous en prie.

Bookmark & Share