Traitement à la Naltrexone

L’addiction à la drogue est une maladie. La plupart des individus qui en souffrent ne parviennent pas à s’en sortir sans aide médicale. Un bon traitement contre la drogue doit se composer de plusieurs phases:

  • -Médication
  • -Ecoute
  • - Soutien familial.

Traitement à la Naltrexone

 
La Naltrexone 
est un antagoniste qui agit sur le long terme. Il fonctionne en bloquant les récepteurs d’opioïdes du cerveau et donc en bloquant les effets provoqués par l’héroïne ou les autres opioïdes. Les individus sous Naltrexone ne peuvent pas atteindre les sensations recherchées au moyen de l’héroïne. La Naltrexone ne produit pas de sensation d’euphorie et ne peut pas générer de nouvelle addictions. Pour cette raison, la Naltrexonen’est pas une thérapie de substitution, car elle ne remplace pas une substance addictive par une autre (comme cela est le cas avec la méthadone, la Buprénorphine ou le Subutex). Etant donné l’absence de propriétés addictives dans la Natrexone, cette dernière ne déclenche aucune sensation de manque lorsqu’elle est arrêtée brutalement.

Un traitement à la Naltrexone est la meilleure option possible pour les patients ayant déjà subi une désintoxication aux opioïdes et qui sont motivés pour rester stables. En matière de mesures prophylactiques, un traitement à la Naltrexone constitue la meilleure option pour éviter une rechute. La Naltrexone n’est pas un traitement miracle. La réussite d’un traitement à la Naltrexone dépend également du niveau d’engagement de la personne soignée et du soutien qu’il reçoit de son entourage.

La Naltrexone ne soigne pas l’envie de consommer de la drogue. Pour cette raison et afin d’obtenir les meilleurs résultats possibles, il est demandé au patient de participer à un programme destiné à guérir la dépendance physique et psychologique de son addiction. Il est également conseillé au patient de se tenir éloigné des environnements à risque.

Un traitement à la Naltrexone n’est pas adapté à tous les dépendants à la drogue. Pour être éligible à un tel programme, l’individu dépendant doit au moins remplir deux critères.

  1. Le patient ne doit pas avoir consommé d’opioïdes depuis au moins 7 à 10 jours avant le début du traitement. Les analyses d’urine ne doivent démontrer aucune trace d’opioïdes. Le patient doit être soumis à un test de tolérance à la Naloxone, au cours duquel il reçoit une injection à base de Naloxone (antagoniste agissant sur le court terme), suivi de 20 minutes de contrôle médical afin de constater la présence ou l’absence de symptômes de manque. Si l’organisme ne subit aucun symptôme, cela signifie qu’il ne contient pas d’opioïdes. Dans l’autre cas, le risque de développer des symptômes de manque immédiatement après la prise de Naltrexone est très élevé.
  2. Le patient doit posséder un foie en bon état, non susceptible de contracter une hépatite ou une cirrhose.

La Naltrexone est disponible sous forme de comprimés, d’injections (à diffusion lente) ou d’implants.

La dose de Naltrexone administrée pendant le traitement équivaut à 50mg par jour. La prise de médicaments par voie orale peut être difficile pour certains patients pour lesquels le traitement s’avèrerait compliqué à suivre. Les injections de Naltrexone sont alors proposées au patient, par voie intramusculaire. La Naltrexone est ainsi diffusée dans l’organisme pendant un mois. L’avantage de cette technique est que la Naltrexone ne présente aucun risque de complication chirurgicale.

Impants de naltrexone

Impants de Naltrexone

Les implants de Naltrexone ont la forme de petites boulettes placées sous la peau, en-dessous de l’abdomen. Les implants de Naltrexone libèrent une quantité déterminée de Naltrexone dans l’organisme du patient pendant une durée également prédéfinie. Les effets bloquants exercés par l’implant dépendent du type d’implantposé et peuvent durer 2,3, 6 ou 1 2 mois. L’implantation d’une boulette est une procédure chirurgicale rapide, qui se pratique sous anesthésie locale. Elle implique une incision de 1,5cm dans la peau pour insérer l’implant, puis la fermeture de la plaie au moyen de deux fils. L’opération ne dure que 10 minutes. Une inflammation locale de l’implant peut parfois se produire et est traitée au moyen d’antibiotiques et/ou d’anti-inflammatoires.

Lorsque le patient dispose d’un implant, il n’a plus besoin de se soucier de la prise de Naltrexone quotidienne. Le patient est constamment alimenté en Naltrexone et est donc protégé des opioïdes. Cette facilité de traitement rend plus simple la désintoxication. Nous conseillons à nos patients de remplacer leur implants tous les trois mois au départ, puis tous les ans une fois leur sortie de clinique. Un traitement à la Naltrexone peut être efficace pendant plusieurs mois et plusieurs années, jusqu’à ce que le risque de rechute ait disparu. La durée du traitement dépend de la condition de chaque patient.

Effets secondaires de la Naltrexone

De manière générale, la Naltrexone est bien tolérée par l’organisme. Toutefois, il existe certains effets secondaires. Les effets secondaires les plus fréquents incluent : de légers troubles du sommeil, de l’anxiété, des démangeaisons, des nausées, une perte d’appétit, une baisse d’énergie et des maux de tête. La plupart de ces symptômes apparaissent en général la première semaine de traitement.

Voici quelques informations dont un patient sous Naltrexone doit avoir conscience :

  1. Pendant la prise de Naltrexone, la prise d’opioïdes contenant des antidouleurs sera inutile étant donné que leurs effets sont bloqués par les récepteurs. Si le patient a besoin de prendre des antidouleurs, il doit se faire prescrire des médicaments adaptés à son cas par son médecin. Il est conseillé au patient sous Naltrexone de placer dans son portefeuille une carte informant de la thérapie en cours, en cas d’urgence.
  2. Il existe un risque d’overdose. Lorsqu’une personne est placée sous Naltrexone, il n’est pas possible pour lui d’obtenir les mêmes effets qu’avec l’héroïne. Toutefois, s’il consomme des doses plus importantes d’héroïne, il s’expose à un risque d’overdose. Une overdose peut également se produire si le patient consomme une dose « habituelle » d’héroïneaprès avoir reçu de la Naltrexone ou encore si le patient arrête brutalement le traitement. Cela s’explique par le fait que l’organisme est moins habitué aux effets de la substance.

Les traitements à base de Naltrexone fonctionnent de manière plus efficace s’ils sont accompagnés un programme de soins complémentaires, comme par exemple un traitement anti-rechute, une thérapie de groupe, un suivi psychologique ou encore un suivi personnalisé.

De nos jours, les traitements à base de Naltrexone sont considérés comme la solution la plus efficace en matière de prophylactique et de combat contre l’addiction aux opioïdes.

Articles relatifs aux thérapies de désintoxication:


  • Nous pensons sincèrement qu’un traitement à base de Naltrexone doit s’accompagner d’un programme de lutte contreles risques de rechute.
  • Les implants de Naltrexone ont la forme de petites boulettes placées sous la peau, en-dessous de l’abdomen.
  • Nos cliniques font partie des meilleurs Centres de Réinsertion et s’intéresse aux besoins physiques et psychologiques de chaque patient, afin de l’aider du mieux possible à retrouver une vie saine.

Bookmark & Share