L'implant contre l’addiction à l’héroïne

Je vis à l’Ile Maurice. D’origine française. Je suis né en France. Je suis arrivé à l’Ile Maurice à l’âge de douze ans et ça fait depuis à peu près presque cinq ans que je me suis habitué à fumer de l’héroïne on dit de ça « Brown Sugar » et voilà.

Je suis venu j’ai fait des recherches sur internet à propos de cette clinique-là et finalement j’ai trouvé que je me suis admis ici et je me suis admis ici et j’ai eu des traitements vraiment fiables pas seulement avec parce que moi c’était plutôt pour mettre de la naltrexone pour l’implante pour l’implant et pardon, excusez-moi, c’est pour l’implant et aujourd’hui supposément je devrais faire l’implant  ils m’ont donné  un quart un quart de tablette de Naltrexone pour voir si mon corps supporte le Naltrexone ou pas et après je pourrais dire deux heures après ils m’ont donné encore deux encore un quart de Naltrexone pour voir s’il y a pas des effets secondaires pour pouvoir faire l’implant. Et là aujourd’hui je suis sur la phase de c’est mon dernier jour, en fait, et je vais faire l’implant et voilà quoi. Je vais faire l’implant.

Franchement, pour moi, je recommanderai, je recommanderai cette clinique-là pas parce que pas forcement pour parce que je suis venu ici, non pas parce que j’ai fait plein de recherches et j’ai vu les compétences des gens les psychologues, les psychiatriques tout, ils sont bien, bien organisés leurs organisations sont vraiment fiables, ils font des thérapies vraiment, vraiment très bien qui marchent vraiment très bien.

Bookmark & Share