Addiction au Substitol

Addiction au substitolLe Substitol  (sulfate de morphine) est un analgésique puissant semi-synthétique, qui agit le long terme. Le Substitolest un agonistecapable de provoquer des réactions similaires à celles causées par la consommation (légale ou non) de morphine.

Le Substitolun médicament à administration orale, qui libère des actifs sur la durée, et qui peut être utilisé dans deux cas médicaux:

  • En cas de douleurs chroniqueslorsqu’un analgésique doit être administré sur le long terme;
  • Dans le cadre d’une thérapie de remplacement aux opioïde, visant à guérir le patient d’une addiction aux opioïdes.

Le Substitol est produit en Autriche et est disponible légalement dans 5 pays d’Europe Centrale et d’Europe de l’Est. Aux Etats-Unis,  cette substance est proposée sous le nom de Sulfate de Morphine DC (LC – A Diffusion continue).

Le Substitolest disponible sous la forme de comprimésde 120mg (de couleur verte) et de 200mg (de couleur rouge)et s’administre par voie orale.

Les comprimés de Substitoldoivent être ingérés entièrementet ne doivent en aucun cas être dissouts, cassés ou mélangés à d’autres substances.

Consommer des comprimés deSubstitolécrasés (pour se les injecter par intraveineuse) est une manière de consommer abusivement duSubstitoldans le but de se droguer. Les comprimés écrasés ou injectés par intraveineusesont rapidement absorbés par l’organisme, ce qui peut libérer une dose fatale de morphine. Les cas d’overdose, d’arrêts cardiaques ou respiratoires débouchant sur un décès ne sont pas rares lorsque le Substitol est consommé de manière abusive.

Le Substitolest un opioïde très addictif, et sa consommation abusive déclenche fatalement une addiction.

Le Substitolpeut être consommé de manière abusive comme n’importe quel autre opioïde prescrit médicalement.  Ces moyens de consommation sont les suivants:

  • -Consommation du Substitolen même temps que de l’héroïne;
  • Consommation simultanée deSubstitolet d’autres alcools ou drogues;
  • -Consommation deSubstitol par intraveineuse ou à des doses bien supérieures à celles recommandées;
  • -Mentir à son médecin à propos de faux symptômes de manque,  afin de se voir prescrire une dose supérieure deSubstitol;
  • -Consulter différents médecins en même temps, sous différentes identités;
  • -Acheter du Substitol dans la rue.

Généralement, la dose quotidienne est e 200 à 400mg deSubstitolen cas de symptômes de manque liés à une addiction à l’héroïne. Toutefois, la plupart des patients sous Substitol, voit leur organisme s’habituer rapidement à la substance, et nécessite une dose de 600 à 1000mg de Substitolpar jour, ce qui les expose à un risque.  Cela s’explique par l’attirance de nombreux dépendants auSubstitolpour les effets euphoriques provoqués par la substance, supérieurs à ceux provoqués par la Méthadone et proches de ceux de l’héroïne. Le besoin de se droguer via la consommation deSubstitolest la principale raison des abus. Etant donné les effets similaires à la morphine du Substitol, cette substance génère rapidement une dépendance mentale et physique. L’addiction auSubstitolest un problème médical sérieux. Cliniquement, les effets bénéfiques etsecondaires duSubstitol, ainsi que les symptômes de manque provoqués par le Substitol, sont semblables à ceux des autresopioïdes. (Voir la rubrique “Addiction aux opioïdes”).

L’addiction au Substitoldiot être raitée médicalement

Si elle est gérée par des professionnels, l’addiction au Substitol peut être traitée. Le dépendant au Substitoln’est pas capable de se guérir seul. Tout comme dans le cas d’une addiction à l’héroïne ou àla méthadone, la première étape d’une thérapie contre l’addiction au Substitolest la désintoxication.

Le processus de désintoxication  au  Substitolque nous proposons au sein de notre clinique passe par deux étapes. La première étape consiste à réduire de manière progressive la dose consommée de Substitol, en quelques jours. Cela aide à réduire la dose de Substitolet de diminuer lessymptômes de manque.  Par la suite, les symptômes de manquedeviennent plus intenses, et le patient  passe à la deuxième phase de désintoxication, appelée « phase de désintoxication rapide», qui se déroule sur cinq jours. La phase de désintoxication rapide consiste à placer à deux reprises le patient sous anesthésiependant  6 à 8 heures, à deux jours d’intervalle. La méthode utilisée pour la désintoxication est sécurisée et permet d’éliminerjusqu’à 90% les symptômes de manque, sans douleurs pour le patient.

Une fois l’organisme du patient nettoyé, il est essentiel que le patient soit accompagné dans sa phase de réinsertion. Il existera inévitablement des moments de faiblesses, des moments difficiles et parfois des rechutes, mais le processus complet de désintoxication, même s’il est complexe, garantit sur le long terme au patient un retour à une vie saine.

 

Articles relatifs: 

 

Bookmark & Share