Ibogaïne héroine traitement à l'addiction

Bonjour.

Bonjour.

Est-ce que vous pourriez me raconter un peu sur votre problème, votre histoire avec la drogue, comment vous vous êtes senti avant de venir chez nous et comment se passe, s’est passé votre traitement?

Alors, tout d’abord, je…. j’ai été sous héroïne pendant une dizaine d’années.

Oui.

Et j’étais sous méthadone pendant.., j’ai fait un premier sevrage à l’héroïne en France. On m’a mis sous méthadone pendant quatre ans. En sortant de la clinique, ça n’a pas marché. Donc, j’ai fait, j’ai balancé entre l’héroïne et la méthadone, l’héroïne et la méthadone, j’ai fait un petit arrêt on va dire de deux ans, en étant tout à fait sobre. J’ai retouché à l’héroïne en fin 2014. Depuis, je n’ai pas arrêté. Bon, j’ai fait plusieurs sevrages. Tout ça a l’air dur, ça n’a jamais marché.

Oui. Ce qui est, ce qui est resté à chaque fois, c’était la dépendance psychologique?

Tout à fait. Le désir de prendre de l’héroïne tout le temps, à chaque fois, après chaque sevrage. Donc, là, il y a à peu près, on va dire une quinzaine de jours, j’ai fait mon dernier sevrage tout seul à la maison, j’ai été voilà loin de chez moi. J’ai fait un sevrage, et comme par hasard j’ai rencontré un ami qui vivait aux Etats-Unis, qui m’a parlé de l’ibogaïne.

Oui.

Donc, après cela, j’ai fait des recherches sur Internet et j’ai pu contacter cette clinique qui est … le docteur Vorobiev. Donc, voilà, j’ai eu un contact avec une personne qui s’appelle Danijela qui m’a pris un rendez-vous tout de suite. J’ai été sevré, bon, en arrivant à la clinique, j’ai été sevré de quatorze jours, mais toujours le désir intense de consommer l’héroïne en rentrant à la clinique. Alors, une fois… honnêtement, en arrivant ici, j’étais sceptique. Je savais pas trop à quoi m’en tenir, parce que c’était sur Internet, je savais pas, j’avais aucune explication, j’avais, il y avait pas de personnes qui ont expliqué réellement comment c’était. Donc, à mon arrivée, tout d’abord tout le staff est exceptionnel. Tout le staff médical, enfin tous les gens qui travaillent dans cette clinique-là sont très, très, très compétents. Donc, une fois arrivé là, j’étais déjà sevré. On m’a fait… tout un… plusieurs analyses

diagnostic complet… et psychologique?

Tout à fait. On m’a fait un diagnostic complet. Donc, à mon arrivée, je suis arrivé vendredi. Samedi, j’ai été… voilà, on m’a fait une préparation psychologique, on m’a expliqué tout le procès d’ibogaïne.

l'mental?

Tout à fait. Donc, une fois que, bon alors, c’était le samedi. Le dimanche, j’ai eu le traitement à l’ibogaïne.

Oui.

C’était l’expérience la plus intense de ma vie. Ca a duré six heures. C’était… j’étais conscient, sans douleur… voilà, et j’ai vu toute ma vie défiler, j’ai vu toutes les, mes erreurs, j’ai, ça a été très, très, très intense.

Vous avez vu votre mère, votre enfance…

J’ai vu mon enfance, ma mère, mes ancêtres, j’ai vu comment j’ai consommé l’héroïne avec les personnes avec qui je prenais et à la fin, je me suis débarrassé définitivement de l’héroïne. Voilà, en la jetant dans l’univers infini. Et après cela, honnêtement, le jour d’après, c’est-à-dire le lundi matin et aujourd’hui aussi comme je vous parle, c’est comme je n’ai jamais eu aucune sensation de drogue, ce que je ressens actuellement.

C’est très bien. A quoi pensez-vous maintenant, qu’est-ce que vous allez faire quand vous retournez en Algérie?

Bah, alors, là, dès que je rentre en Algérie, je vais, tout d’abord, je vais commencer déjà par réorganiser mon travail.

Oui.

Je vais me remettre au sport et m’occuper de ma vie familiale que j’ai délaissée depuis plusieurs années. On est con sous la drogue.

C’est très bien. Est-ce que vous planifiez aussi de penser un peu plus à votre santé, de faire du sport…

Tout à fait. Tout à fait. Là, la première des choses c’est, dès que je rentre dans deux jours, je vais me remettre tout de suite au sport. Je vais m’occuper aussi très sérieusement de mon travail que j’ai délaissé, de toute ma vie familiale et réorganiser toute ma vie, c’est-à-dire éviter toutes les anciennes habitudes, les anciens endroits qui me font rappeler tout ce qui… avec tout, tout mon passé. Et là, je dois subir encore demain un implant de naltrexone.

Bookmark & Share