Consommation de cocaïne: symptômes, cycle et addiction

A propos de la cocaïne

La cocaïne diffère des autres drogues. En effet, elle ne provoque pas de dépendance physique. A la différence de l’héroïne, la cocaïnene produit pas d’effets de manque douloureux. Elle ne se consomme pas non plus quotidiennement. La cocaïne augmente les capacités chez l’homme. Elle le rend plus fort, plus intelligent et surtout plus sûr de lui. Sous l’effet de lacocaïne, un individu peut boire plus qu’il n’en a l’habitude et voit ses performances sexuelles décuplées. C’est pourquoi, lorsqu’un homme se trouve en soirée avec des amis, il ne risque finalement pas grand-chose à en consommer en petites doses. Leproblèmeest que pour certains, ces petits excèspeuvent pousser à une consommation toujours plus importante, dans le but d’obtenir par le biais de la cocaïnela sensation recherchée.

 

Symptômes liés à a consommation de cocaïne

Symptomes lies a consommation de cocaine

Même après la toute première prise de cocaïne, le corps humain subi quelques changements et s’habitue facilement à des consommations régulières, parvenant même à supporter la prise simultanée de différentes substances. La cocaïneest une drogue qui agit sur le court terme. Une fois les effets de la cocaïneatteints, le désir de les faire durer le plus longtemps possible peut rendre le consommateur de plus en plus dépendant. Mais au fur et à mesure des prises, l’intensité et la durée des effets de lacocaïnediminuent. C’est à ce moment-là que le consommateur perd le contrôle de ses actes, dépense des sommes folles pour se procurer la dose désirée et se détruit mentalement et physiquement. Une fois les effets de la drogue évaporés, l’individu ressent la « chute ». La chute est la suite logique de toute consommation de cocaïne. Lors de cette phase, l’organisme et l’esprit ont besoin de calme, mais la douleur des symptômes les empêche de se reposer. Il est alors impossible de se concentrer pour faire quoique ce soit. L’agitation, la fatigue physique et l’épuisement mental, la perte de toute concentration, et la nervosité entraînent la formation de pensées dangereuses, de peur et d’horreur dans le cerveau du consommateur. Par la suite, ces pensées se transforment en délires, provoquant des idées paranoïaques de persécution. L’individu sous influence passe son temps à vérifier les choses; s’inquiétant du moindre bruit de voiture de peur quela police ne cherche à l’intercepter. Il s’enferme, recherche la présence de caméras et de microphones. Suite à la paranoïa arrivent les sensations d’apathie et le sentiment d’inutilité. Les aliments perdent en goût et les rencontres avec les amis sont perçues comme des obligations. Il devient impossible de travailler ou de pratiquer une activité physique. L’énergie ou l’envie manquent. La seule chose qui peut encore susciter de la joie chez l’individu est lacocaïne. C’est pourquoi, dès la première occasion, l’individu dépendant se précipitera à la prochaine soirée où la consommation de cocaïne lui sera possible, sans même penser que dans les 2 à 3 prochains jours, les sensations de manque seront encore plus dures que la première fois.

Cycle de la cocaïne

Voici le cycle typique de consommation associé à la cocaïne: 1 à 2 jours de consommation intensive, chute, 3 à 4 jours de récupération, manque, dépression et reconsommation. De plus, les conséquences de ces « cycles »deviennent de plus en plus dévastatrices au fil du temps. L’addiction à la cocaïne entraîne des conséquences sociales, médicales et financières graves. Nervosité, paranoïa, et insomnies deviennent permanentes. Des symptômes tels que des tremblements et le nez qui coule deviennent habituels. De temps à autre, l’individu dépendant peut souffrir de crises de panique ou se sentir ballonné. Parfois même, il peut prendre conscience de sa dépendance à la cocaïne, mais toutes les tentatives finissent par une rechute.

Consommation de cocaine Abus de cocaine

 

Quelques faites intéressants.


  • Le Dr. Freud décida de traiter son ami, qui souffrait de morphinisme (addiction à la morphine) par le biais de lacocaïne. Le résultat de ce traitement fut catastrophique. Le patient devint dépendant à la cocaïne, sombra dans la folie et se suicida.
  • La cocaïne vendue dans les pays d’Europe ne contient généralementque 15 à 20% de cocaïne. Les autresingrédientssont des amphétamines, de la méphédrone, de la lidocaïne, de la strychnine et de l’éphédrine. Parfois même, de la poudre provenant des ampoulesfluorescentes est ajoutée.
  • De nombreux individus se mettent à consommer de la marijuana, de l’alcool, des benzodiazépines et d’autres sédatifs pour essayer de se sortir de leur dépendance à la cocaïne. Ces substances créent une anxiété et des troubles du sommeil, qui empêchent les individusde se reposer. La solution de facilité consiste à soulager la sensation de manque provoquée par la cocaïne par de l’héroïne. Et cela n’est pas bien difficile à trouver… Pour beaucoup de nos patients, tout a débuté avec une addiction à l’héroïne.

 

Articles relatifs: 

Bookmark & Share